Votre panier

Quels sont les défis des proches aidants qui prennent soin d’une personne en perte d’autonomie

Hygienic par Hygie.com |
Quels sont les défis des proches aidants qui prennent soin d’une personne en perte d’autonomie

Dans la vie d’une personne âgée en perte d’autonomie, il y a la plupart du temps un conjoint, une fille ou un fils, un parent ou des amis proches. Sans l’aide et l’accompagnement de ces « proches aidants », beaucoup d’aînés ne pourraient demeurer chez eux, là où ils ont souvent vécu une grande partie de leur existence.

Selon un portrait des aidants familiaux réalisé en 2012 par l’Agence de la statistique, 13 millions de Canadiens âgés de 15 ans et plus avaient fourni, au cours de leur vie, une forme quelconque de soins à un membre de la famille ou à un ami ayant un problème de santé de longue durée, une incapacité ou des problèmes liés au vieillissement.

Les proches aidants prodiguent un large éventail de soins, d’aides et d’accompagnements qui comportent généralement un effort physique et un investissement émotif. Près des deux tiers des proches aidants au Canada (le plus souvent âgés entre 25 et 65 ans) fournissent de façon quotidienne des soins personnels à une personne en perte d’autonomie, comme de l’accompagnement pour aller à la toilette, de l’assistance pour le bain ou la douche, de l’aide pour l’hygiène personnelle et l’habillement.

Ces tâches comportent leurs lots de défis et de responsabilités qui varient selon le degré de perte d’autonomie de l’aîné. Sécuriser l’environnement pour notamment prévenir les chutes et composer avec la pudeur naturelle d’une personne âgée constituent des problématiques importantes auxquelles font face les proches aidants.

Prévenir les chutes chez l’aîné

Selon l’organisme Appui pour les proches aidants d’aînés, une chute sur trois ne provoque aucune blessure grave, mais entraînent des conséquences, notamment des fractures, des hospitalisations et des besoins de réadaptation qui peuvent affaiblir une personne âgée et aggraver sa perte d’autonomie de façon à mettre en jeu le maintien à domicile.

Principale cause d’hospitalisation pour blessures chez les Canadiens âgés, les chutes ont des conséquences sur la vie de la personne âgée, mais aussi sur les proches aidants que ce soit des membres de la famille, des amis, des soignants des services de santé. Il est important de souligner qu’une majorité de proches aidants au Canada consacre facilement 10 heures par semaine de son temps à aider une personne en perte d’autonomie.

Pour les proches aidants, le défi est d’observer et d’identifier ce qui peut provoquer des chutes accidentelles, car les occasions de tomber sont multiples et souvent reliées à l’état de santé de la personne âgée (capacités motrices, visuelles, cognitives, etc.), à son environnement ou aux effets secondaires de médicaments.

Composer avec l’intimité et la pudeur d’un aîné

L’intimité et la pudeur poussent souvent une personne âgée en perte d’autonomie à refuser des soins à domicile comme l’aide pour la toilette intime et l’habillement. Un aîné peut ne pas vouloir se dévêtir devant quelqu’un, se faire toucher ou se faire laver par quelqu’un. Le proche aidant va souvent faire face à des manifestations de colère ou d’anxiété, de peur et de retrait d’une personne âgée qui se sent en situation de vulnérabilité. Les problèmes cognitifs comme la perte de mémoire, un début d’Alzheimer ou de sénilité, les limitations (la personne est alitée ou en chaise roulante), la confusion et un affaiblissement de l’état physique de l’aîné sont tous des facteurs qui peuvent compliquer la situation et avec lesquels les proches aidants doivent composer quand ils accompagnent une personne en perte d’autonomie.

Il est donc primordial de faire preuve d’empathie et de respecter, en tout temps, la dignité d’une personne âgée, surtout si sa perte d’autonomie la rend vulnérable. Un aîné en perte d’autonomie peut se sentir envahi dans son intimité ou craindre une perte d’indépendance à différents stades de son parcours. Un proche aidant doit s’adapter aux changements et toujours procéder de façon graduelle et établir une relation de confiance avant de prodiguer une aide ou un service à un aîné en perte d’autonomie.

Pour faciliter la vie des proches aidants, il existe des solutions qui facilitent la prestation de soins à domicile à une personne âgée. Hygienic, qui se spécialise dans la vente de produits destinés au maintien à domicile des personnes en perte d’autonomie, offre sur son site Web une gamme complète de produits adaptés pour faciliter la toilette quotidienne et l’hygiène en cas de perte d’autonomie.

Publication suivante